Le Blog

Archives de ‘Opinion’ Catégorie

Chat Ingénieurs et Techniciens avec EDF, Systra et Altelios

mardi, septembre 27th, 2011

A partir de 18h aujourd’hui, rendez-vous sur ce chat pour poser vos questions aux recruteurs d’EDF, Systra et Altelios : http://stepstone.canalchat.fr/2011/6/

8 femmes ingénieures à la recherche d’un emploi

mardi, septembre 1st, 2009

8 femmes ingénieures à la recherche d’un emploi

Patricia, Camille, Caroline et Marion sont toutes ingénieures diplômées d’une grande école, compétentes et motivées. Après une première expérience ou un stage significatif, elles sont à la recherche d’un emploi en France ou à l’international. Elles sont membres du réseau social des ingénieurs qui fête ses six mois d’existence et 800 membres inscrits.

8 profils ingénieurs à la une

- Patricia Vu
- Ingénieure diplômée en Mécanique et Génie aérospatial
- Son profil reseau-ingenieurs.com

Patricia Vu, est jeune diplômée bilingue spécialisée en mécanique et génie aérospatial. Elle est diplômée de l’Université McGill, Montréal, Québec, Canada. Elle est disposée à voyager et recherche un emploi à l’international. Elle s’estime organisée, fiable, minutieuse, autonome, capable de travailler sous pression avec un bon jugement et sens critique.

- Camille Cavaillé
- Ingénieure diplômée de l’INSA Toulouse en Génie Biochimique et Alimentaire
- Son profil reseau-ingenieurs.com Camille Cavaillé est disponible à partir du mois de septembre 2009. Elle est diplômée de l’INSA Toulouse (Génie Biochimique et Alimentaire), spécialisation AgroParisTech en SA (Science de l’Aliment). Elle recherche un emploi d’ingénieur R&D en agro-alimentaire, si possible dans le domaine de la Boulangerie/Viennoiserie/Pâtisserie. Actuellement en stage de fin d’études chez AIT, la Division Ingrédients du Groupe SOUFFLET, elle est mobile en France et à l’international.

- Caroline Bachmann
- Ingénieure en conseil / Audit informatique
- Son profil reseau-ingenieurs.com

Caroline termine actuellement son stage de fin d’études chez Capgemini Service&Finance France en tant que Project Management Officer sur un projet d’intégration. Fortement intéressée par le métier de consultant système d’information, elle est à la recherche d’un premier emploi pour le mois d’octobre.

- Marion Paineaud
- Ingénieure junior en Biologie, biotechnologies
- Son profil reseau-ingenieurs.com

Marion est Ingénieur en Génie Biologique, formée à Polytech’Clermont ferrand et dotée d’un Master 2 en Management et Administration des Entreprises. Elle est actuellement sans emploi et réside en Auvergne.

- Marina Mondet
- Ingénieure double compétence Agroalimentaire et Administration des Entreprises
- Son profil reseau-ingenieurs.com

Marina Mondet réside dans le Languedoc-Roussillon, elle est ingénieure avec une double compétence en Sciences et Techniques des Industries Agroalimentaires et un Master 2 en Administration des Entreprises.

- Claire Costa de Beauregard
- Ingénieure en électronique à Shanghai
- Son profil reseau-ingenieurs.com Claire est ingénieure diplômée depuis septembre 2009. Elle vit actuellement a Shanghai. Spécialisée en électronique, mais plus attirée par des métiers de type management de projet, stratégie et « business development », elle recherche un poste pas trop technique dans la région de Shanghai.

- Maud Yvonneau
- Ingénieure – INSA Lyon – Sciences et Génie des matériaux.
- Son profil reseau-ingenieurs.com

Maud est diplômée de l’INSA de Lyon. Elle réside dans le Nord-pas-de-Calais. Après un stage de six mois chez ArcelorMittal, depuis mars 2009 elle travaille au laboratoire de l’INSA et en entreprise. Maud se décrit comme « ambitieuse, elle recherche une entreprise lui offrant de réelles possibilités d’évolution, en France ou à l’international » en physique, matériaux, fluides.

- Julia Printemps
- Ingénieure en Génie Civil et Environnement
- Son profil reseau-ingenieurs.com

Julia est ingénieure en Génie Civil et Environnement et diplômée d’un master 2 en Aménagement du Territoire. Bénéficiant d’un an et demi d’expérience, elle recherche un emploi d’ingénieur d’études ou de chargée de mission dans une entreprise, une organisation ou une collectivité territoriale. Elle réside en Midi-Pyrénées.

- Les ingénieurs du réseau social à la recherche d’un emploi.

Syntec Ingénierie : Lettre ouverte à Monsieur Nicolas Sarkozy et à Monsieur François Fillon

vendredi, août 28th, 2009

RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE :
DES MILLIERS DE PME ET D’EMPLOIS QUALIFIÉS EN DANGER !

Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Premier Ministre,

Dans quelques jours vous allez prendre une décision fixant, dès la loi de finances 2010, la réforme de la
Taxe Professionnelle. Au début de l’année, vous avez annoncé la suppression de la taxe professionnelle afin de renforcer la compétitivité des entreprises françaises. Réformer cet impôt était en effet indispensable. Mais les espoirs qu’une telle déclaration a suscités parmi les dirigeants d’entreprises auront fait long feu.

En effet, les modalités d’application de cette réforme suscitent de vives inquiétudes pour le secteur des
entreprises de services innovantes.
Nous – Présidents de Syndicats Professionnels réunis au sein de la Fédération Syntec – souhaitons vous dire notre grande inquiétude, autant que notre désapprobation sur la façon dont l’Etat projette de réformer la Taxe Professionnelle : en créant la CVA (Cotisation sur la Valeur Ajoutée), un nouvel impôt pour les dizaines de milliers de PME dont le chiffre d’affaires dépasse 500 000 Euros !

Or nos entreprises fortes de 750 000 emplois dont 30 000 à 50 000 emplois nouveaux chaque année, représentent
précisément l’avenir de notre pays : elles font entrer la France dans l’économie de l’immatériel, fournissent des services, produits et solutions à haute valeur ajoutée et permettent à leurs clients (en premier
lieu les grandes entreprises françaises) de proposer à leur tour des offres avancées, compétitives sur le plan
international.

Avec la CVA vous allez fortement pénaliser, et souvent mettre en péril, les entreprises de petite taille que vous dites – à juste titre – vouloir défendre, aider, protéger : celles qui ont la plus forte valeur ajoutée (80% du CA en moyenne pour les « gazelles » du secteur de l’édition de logiciel, de l’ingénierie, du conseil, de la formation, du numérique…) ; celles qui génèrent le plus de croissance (4 à 6 fois le taux de croissance du PIB), celles qui créent des emplois qualifiés et qui sont exposées à une forte concurrence internationale.

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre nous vous demandons instamment de ne pas entériner en l’état ce projet de réforme, dangereux pour nos entreprises innovantes, nos emplois actuels et futurs, nos richesses et donc pour l’avenir de notre pays.

Nous avons fait des propositions d’application de cette réforme qui permettent de conduire de manière équilibrée
la modernisation de cet impôt. Et les tenons à votre disposition.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre haute considération.

http://www.syntec-ingenierie.fr/fr/accueil

Internet et recrutement : les liaisons dangereuses ?

jeudi, août 13th, 2009

Comme Jobingénieur l’avait déjà précédemment abordé dans son article Pour une recherche d’emploi efficace sur le Web, l’avènement des réseaux sociaux – dont le 1er d’entre eux Facebook – a fait émerger de nouvelles sources « alternatives » de renseignements très personnels pour les recruteurs indélicats ; et la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) est de plus en plus saisie par les candidats « espionnés ».

Photo : Jacob Botter

Photo : Jacob Botter

Si le phénomène n’est pas nouveau, le débat rebondit avec l’explosion du réseau Facebook où 4 millions de français y exposent chaque jour leur vie privée.
Or depuis le début de l’année, la CNIL a reçue de très nombreuses plaintes de candidats à l’emploi victimes d’intrusion dans leur privée lors d’entretiens d’embauche, du fait d’informations qu’elles avaient publiées sur la toile. Ainsi des remarques leurs ont été faites quant à leurs options politiques, religieuses, sexuelles, leur vie sentimentale, leur santé, leurs amis…

Si la plupart des cabinets de recrutement nient utiliser de telles méthodes, quelques uns admettent cependant « profiler » les candidats sur Facebook, MySpace, Twitter ou encore Google au prétexte que 40% des CV seraient « bidonnés ». Ces réseaux leur permettraient donc de rétablir la vérité et  de dénicher d’éventuels défauts…
Dans une récente interview sur France Info, Thierry VERDIER, directeur du cabinet 1001 Talents a déclaré avoir effectivement vu de jeunes carrières freinées par Facebook : « Je pense qu’il faut faire attention à ce qu’on met et à ce qu’on fait sur Facebook ».

Pour Alexis TÜRK, président de la CNIL, ce phénomène pose un véritable problème éthique, qui le choque d’autant plus qu’« il n’y a pas de règles du jeu ! ». Ni de moyens juridiques en l’état actuel du droit, puisqu’il y a divergence entre le droit américain et européen. La solution pour ces candidats serait donc d’ordre pédagogique. « Il faut expliquer quels sont les risques qu’ils courent, et leur expliquer qu’une fois qu’ils sont dans le système, ils auront bien du mal à en sortir ! ».

La CNIL initiera donc dès la rentrée un groupe de travail et de réflexion réunissant les DRH afin d’établir un code de bonne conduite, de formuler quelques recommandations de bon sens à l’attention des candidats et peut-être de proposer quelques valeurs contraignantes au point de vue juridique.

En attendant, mieux vaut se montrer discret sur le web, ou apprendre à y maîtriser son image.

Quelques recommandations simples :

  • utiliser systématiquement un pseudo
  • ne jamais rendre son profil personnel public en le fermant aux moteurs de recherche et en en contrôlant les accès
  • interdire l’utilisation de tags notamment sur les photos et les vidéos

Pour plus d’informations :

Jobingénieur signataire de la charte de la diversité pour l’emploi

jeudi, août 6th, 2009

Charte de la diversité en entrepriseDepuis juillet 2009, Jobingénieur est signataire de la charte de la diversité et renforce ainsi son engagement contre les discriminations dans le domaine de l’emploi.

La discrimination en France

A compétences et expériences identiques, un homme aux nom et prénom de souche française, blanc de peau et dont l’apparence physique ne présente pas de traits particulièrement disgracieux, a davantage de chance d’être convoqué à un entretien d’embauche :

  • 3 fois plus qu’un candidat âgé
  • 3 fois plus qu’un candidat au patronyme maghrébin
  • 2 fois plus qu’un candidat en situation de handicap
  • 1,5 fois plus qu’une femme

Résultats issus d’un testing sur CV réalisé en novembre 2006 par Jean-François Amadieu, directeur de l’Observatoire des discriminations, en collaboration avec Adia.

La charte de la diversité

Lancée fin 2004 par Claude Bébéar et Yazid Sabeg, la Charte de la diversité est un texte d’engagement proposé à la signature de toute entreprise, quelle que soit sa taille, qui condamne les discriminations dans le domaine de l’emploi et décide d’œuvrer en faveur de la diversité.

En être signataire signifie :

  • Manifester son engagement en faveur de la non-discrimination et de la diversité
  • Favoriser l’égalité des chances face à l’emploi
  • Améliorer la performance de l’entreprise

Plus d’informations : La charte de la diversité

La situation des ingénieurs se précarise : baisse de salaire et hausse du chômage

mardi, août 4th, 2009

Le CNISF vient de publier sa 20ème enquête sur la situation des ingénieurs. Une situation qui tend à se précariser en 2009. 42.000 ingénieurs issus des 116 principales écoles d’ingénieurs ont répondu au questionnaire général et près de 26.000 à la partie consacrée à la crise économique.

L’AFP, Ouest France et le Figaro annoncent une baisse de salaire et une augmentation du chômage. État des lieux.

Inquiétudes et difficultés accrues pour les jeunes diplômés

12% des ingénieurs interrogés en mars 2009 craignent de perdre leur emploi. Cependant ce chiffre est à replacer dans un contexte de chômage ou seulement 3,4% dans cette population serait concernée fin décembre 2008.

Ce sont encore une fois les jeunes diplômés qui se retrouveraient en situation de précarité accrue.

Près de 10% d’entre eux étaient à la recherche d’un emploi en mars 2009, contre 4% un an avant. Exit donc les années ou 90% des ingénieurs de certaines promotions étaient déjà embauchés avant la fin de leur dernière année.

Un salaire médian en baisse

Côté salaire, un ingénieur sur dix aurait vu ses revenus baisser avec la crise économique (Sources : AFP, Le Figaro, Ouest France, CNISF). Cette diminution de salaire peut parfois être reliée à une situation de chômage partiel ou d’inter-contrat. Pour les ingénieurs embauchés au sein des société de services de type SSII, l’inter contrat est cette période pendant laquelle un ingénieur est sans mission. Il peut être amené à travailler en agence ou à rester chez lui.

Pour la première fois depuis de nombreuses années de hausse consécutive, le salaire brut médian annuel annoncé par les ingénieurs interrogés dans le cadre de l’enquête du CNISF aurait légèrement baissé à 52.000 € en 2008, contre 52.500 € en 2007. L’application de comparaison du salaire des ingénieurs lancée par Jobingénieur il y a de cela quelques semaines révèle un salaire médian bien inférieur, situé autour de 44.000 € et à 53.000 € avec plus de 10 années d’expérience.

http://www.jobingenieur.com/-salaire-ingenieur

« Dans la mesure où la nature des revenus n’était pas spécifiée, il se peut que la baisse des rémunérations des actions, obligations et autres actifs financiers y ait également contribué », précise l’étude du CNISF.

32% des ingénieurs sont employés dans des entreprises qui ont gelé les salaires, 28% travaillent dans des entreprises qui ont, ou vont, réduire leurs effectifs, et 28% dans des entreprises qui ont réduit leur recours aux intérimaires et sous-traitants.

Les RTTs, l’inter-contrat et le chômage partiel sont autant de tampons que les économistes pessimistes perçoivent comme un préambule à une seconde vague de licenciement à venir en septembre 2009. Les plus optimistes perçoivent au contraire ces leviers comme ayant permis d’éviter le pire en matière de destruction d’emplois cadres.

Sources

La 20ème enquête socio-économique sur la situation des ingénieurs a été réalisée en mars 2009 par l’Observatoire des ingénieurs du CNISF, Conseil national des ingénieurs et des scientifiques de France.

Les associations d’ingénieurs diplômés ont invité leurs adhérents à consacrer une trentaine de minutes pour répondre au questionnaire et c’est près de 50.000 réponses qui ont été validées.

Plan de relance : les 9 propositions du CNISF

vendredi, juillet 17th, 2009

plan de relanceEn réponse au Plan de relance du Gouvernement, les Ingénieurs et Scientifiques de France ont développé 9 propositions concrètes en faveur de l’emploi, du développement durable et de l’amélioration de la compétitivité de l’économie française.

Selon le CNISF – Conseil National des Ingénieurs et Scientifiques de France, si le Plan de relance du Gouvernement peut soutenir le maintien ou la création d’emplois dans les PME et les TPE, il reste malheureusement trop axé sur des domaines d’activité classiques : infrastructures de transport, bâtiments publics, quelques très grands équipements de recherche…, et ne prend pas suffisamment en considération pas d’autres secteurs émergents qui favoriseraient pourtant le développement durable et la compétitivité de l’économie française.

Ces domaines innovants concernent l’eau, l’assainissement, la gestion des déchets, les énergies renouvelables, le logement, les nouveaux produits et usages de l’automobile, la prévention des risques naturels dans les territoires, le soutien aux technologies de l’information et de la communication, à l’innovation civile et militaire, et enfin les équipements de recherche de taille moyenne.

A travers ses 9 propositions, le CNISF défend l’idée que l’État pourrait favoriser « la création d’emplois qualifiés pour une France plus compétitive », s’il décidait de prendre des résolutions dans ces domaines.

1. L’innovation : prioritaire en période de crise pour appréhender l’avenir, en favorisant l’émergence de start up (crédits ANR, OSEO, l’ADEME…), et en confortant la solidité financière des PME afin de faciliter leur développement et le recrutement.

2. La recherche et le développement : en étendant le financement du Plan de relance à des équipements de taille moyenne notamment dans les domaines de la biologie, de la santé et de l’énergie.

3. La formation : fondamentale pour la création d’emplois qualifiés et adaptés aux mutations techniques dans les domaines du développement durable et du bâtiment (chauffage, isolation, rénovation, constructions neuves à basse énergie et à énergie positive).

4. Les énergies renouvelables : un objectif prioritaire, notamment pour le solaire, la ressource bois  – abondante en France, la cogénération, la géothermie et les pompes à chaleur.

5. L’eau et l’assainissement : deux domaines où les besoins sont conséquents et qui nécessitent d’une part d’en protéger les ressources et d’autre part de mettre à niveau les réseaux d’assainissement.

6. Les déchets : la limitation progressive des décharges imposant d’accélérer le développement de la gestion des déchets et le recyclage des matériaux et des équipements.

7. Les TIC : à travers la mise en œuvre des réseaux à très haut débit afin de favoriser l’accroissement de compétitivité économique des PME en particulier.

8. Le changement climatique : sur lequel il est impératif de limiter les effets de notre quotidien, dont les  impacts (tempêtes, inondations) démontrent à l’évidence la nécessité d’une phase de « reconstruction »  sécurisée et adaptée aux évolutions prévisibles du climat.

9. L’automobile : que les français jugent de plus en plus inadaptée à leur mode de vie, et dont l’expérimentation de nouveaux modes d’usage et de technologies, assorties de services de mobilité et de gestion de l’espace collectif, doit être encouragée.

Retrouvez le dossier complet relatifs aux 9 propositions concrètes du CNISF.

Les ingénieurs et l’éthique

vendredi, juillet 10th, 2009

Chacun se félicite que les médecins, les avocats ou encore les journalistes soient tenus à un serment professionnel. Mais pourquoi seraient-ils les seuls ?

De plus en plus l’éthique devient un sujet de préoccupation dans le domaine des sciences et techniques, et pour toute la profession des ingénieurs qui est confrontée à des problématiques comme comme la pollution, les risques techniques, les inégalités sociales…
Les ingénieurs doivent faire face à une technologie qui occupe une part grandissante dans notre vie quotidienne et influence considérablement nos sociétés. Son impact est porteur de progrès, mais également de risques non négligeables.

Albert SCHWEITZER
Les pays anglo-saxons ont été les premiers en 1910 à se soucier d’éthique en demandant à leurs ingénieurs de se montrer loyaux envers leurs clients. A la fin de la seconde guerre mondiale sont apparues des préoccupations portant sur la sécurité et la santé du public.

En 1974, c’est le licenciement de plusieurs salariés ayant alerté de malfaçon sur le système de freinage du réseau ferré BART qui fera naître la notion de désobéissance et de divulgation des actes irresponsables mettant en jeu la santé ou la sécurité publique. En 2002, et à la suite d’autres scandales du même ordre, cette notion de dénonciation d’actes répréhensifs professionnels entre dans le domaine législatif aux Etats-Unis avec le Whistleblower’s Protection Act.

En France, il existe également des droits veillant à assurer l’exercice de la responsabilité : le droit de parole, le droit d’intervention, le droit d’alerte, le droit de retrait et le droit d’opposition. Certains actes tels que le harcèlement sexuel ou moral, la corruption, le travail des enfants, la sécurité, les alertes dans le domaine environnemental… sont  déjà identifiés ; et des acteurs sociaux, comme la CFDT, réfléchissent au concept de « droit de démission légitime ».

Depuis 2001, le CNISF – Conseil National des Ingénieurs et des Scientifiques de France – s’est ainsi doté d’une Charte éthique de l’ingénieur afin d’encadrer la profession des ingénieurs, et on note aujourd’hui un véritable engagement des entreprises françaises sur les questions de déontologie ; celles-ci étant dorénavant traitées au plus haut de la hiérarchie, même si la terminologie reste très variée : code, charte, guide de bonnes pratiques…

Depuis plusieurs années, Christelle Didier, docteure en sociologie, s’interroge sur l’éthique dans l’entreprise. Maître de conférences au Département d’éthique de l’université catholique de Lille depuis 1993, elle enseigne également la déontologie professionnelle, l’éthique en entreprise (en particulier l’alerte éthique), la responsabilité sociale des entreprises et le développement durable dans des écoles d’ingénieurs de commerce, dans des Masters de gestion, de sciences et de droit.

Elle a récemment co-animée, avec François Fayol, Secrétaire Général de la CFDT Cadres et spécialiste de la question de la responsabilité professionnelle, le 16ème séminaire de l’Observatoire des Cadres, sur le thème : Les ingénieurs et l’éthique – Un regard sociologique, dont un compte-rendu sera bientôt disponible.

L’étude que Christelle Didier a réalisé en 2000 auprès de 4000 ingénieurs français a permis de mettre en évidence divers comportements ou opinions  :

  • Sur la perception des problématiques liées au travail des enfants et la sécurité : un consensus se dégage parmi les ingénieurs interrogés.
  • Sur la notion de lanceur d’alerte et d’objection de conscience : ces mêmes ingénieurs se montrent très partagés quant à ce concept.
  • Sur d’autres thèmes tels que les licenciements boursiers, l’acceptation de cadeaux des fournisseurs, la surveillance des salariés à leur insu… : leurs opinions varient également considérablement.

Sur ces sujets, Christelle Didier a observé que la convergence des idées était assez nette entre les ingénieurs votant à gauche ou militants syndicaux, et les ingénieurs catholiques pratiquants. A noter par ailleurs, que seul 1% des ingénieurs déclaraient alors voter pour des extrêmes.

Références :

Christelle Didier est l’auteure de plusieurs ouvrages portant sur le regard que posent les ingénieurs sur les relations entre sciences, techniques et société, et sur la connaissance de l’univers des représentations d’un groupe social en pleine mutation, ainsi que sur ses attitudes politiques et sociales.

  • « Les ingénieurs et l’éthique. Pour un regard sociologique » – Christelle Didier – Hermès – Lavoisier – 2008
  • « Penser l’éthique des ingénieurs » – Christelle Didier –  Presses universitaires de France – 2008

François Fayol, secrétaire général de la CFDT Cadres, a rédigé en 1998 « Le guide de référence pour les chefs de service et l’encadrement du ministère de l’Equipement, Responsabilité et déontologie ».

A lire également :

Le classement Universum 2009 des entreprises auprès des étudiants français

lundi, juin 29th, 2009

UniversumCréé en 2006, Universum est le premier périodique consacré à l’image de marque des employeurs.
Quatre fascicules sont imprimés par an avec mises à jour exclusives, interviews et dernières tendances à travers le monde.

Chaque année, Universum publie la liste de référence des entreprises préférées des étudiants selon 3 secteurs d’activités.

Voici les 1ers résultats des étudiants français :

Affaires – Classement 2009

  1. LVMH
  2. L’Oréal
  3. Air France
  4. Canal +
  5. Google
  6. Danone
  7. Ernst & Young
  8. BNP Paribas
  9. Veolia Environnement
  10. Nestlé

Ingénierie – Classement 2009

  1. EADS
  2. Veolia Environnement
  3. EDF
  4. Areva
  5. Thales
  6. Google
  7. Dassault Aviation
  8. TOTAL
  9. GDF SUEZ
  10. VINCI

Sciences / Santé / Environnement – Classement 2009

  1. Sanofi-Aventis
  2. L’Oréal
  3. Pfizer
  4. Bayer
  5. Novartis
  6. Danone
  7. Veolia Environnement
  8. Nestlé
  9. Yves Rocher
  10. Unilever

Retrouvez les résultats complets de l’enquête sur le site Universum.

En 2009, les ingénieurs restent optimistes !

jeudi, avril 30th, 2009

La situation du marché de l’emploi des cadres devient particulièrement préoccupante, comme le constate Gabriel ARTERO, Président de l’APEC dans le  baromètre trimestriel de l’Association pour l’emploi des cadres du 22 avril dernier, où le bilan du 1er trimestre 2009 comme les prévisions pour celui à venir atteignent leur plus bas niveau depuis la création de celui-ci en 2002.

Ainsi l’APEC note que la proportion d’entreprises de plus de cent salariés à avoir recruté des cadres ce 1er trimestre a diminué de 44 % contre 56 % à la même période en 2008 ; et à peine plus d’une entreprise sur trois, contre une sur deux l’an passé, prévoit d’embaucher au cours du deuxième trimestre.

De plus, la recherche de cadres en externe serait à 85 % motivée avant tout par la nécessité de remplacer des partants pour les postes opérationnels et commerciaux. Dans ce contexte, seules 30 % des entreprises de plus de 100 salariés envisagent d’intégrer un ou des jeunes diplômés, contre 37 % en 2008.
loupe_gd
Pourtant, malgré cette morosité générale, il semblerait que les ingénieurs tirent leur épingle du jeu.

En effet, Pierre ALIPHAT, délégué général de la Conférence des grandes écoles note que : « 69 % des diplômés de la promotion 2008 étaient en emploi en janvier 2009, contre 75 % un an plus tôt pour la promotion 2007. Ce n’est pas le signe d’un fort retournement ».

Patrick CHEDMAIL, directeur de l’Ecole centrale de Nantes, constate même une amélioration du nombre de futurs diplômés ayant déjà trouvé un emploi en novembre 2008, 60 % contre 40 % à la même date un an auparavant.

Ainsi, ces jeunes diplômés bénéficieraient malgré la crise de la carence d’ingénieurs.

De plus, la préoccupation grandissante pour le développement durable favoriserait l’emploi des ingénieurs de ce secteur comme le prouve par ailleurs La semaine des ID (Ingénieurs du Développement Durable) qu’organise prochainement la CDEFI,

Autres secteurs qui résisteraient également, selon Gabriel ARTERO, ceux de l’ingénierie – recherche & développement et de l’informatique : « C’est tout particulièrement du côté des entreprises de ces secteurs que les cadres et les jeunes diplômés en recherche d’emploi doivent analyser les opportunités qui s’offrent à eux ».

– Lire la Note de conjoncture trimestrielle – 2ème trimestre 2009 de l’APEC