Le Blog

Chat Ingénieurs et Techniciens avec EDF, Systra et Altelios

septembre 27th, 2011 dans Agenda, Emploi, Opinion, salaire, Salons par Lola Marc - Webmestre

A partir de 18h aujourd’hui, rendez-vous sur ce chat pour poser vos questions aux recruteurs d’EDF, Systra et Altelios : http://stepstone.canalchat.fr/2011/6/

15 jours d’opportunités d’emploi pour les ingénieurs

septembre 16th, 2011 dans Ecoles d'ingénieurs, Emploi, Le Mag de Jobingénieur, Technicien.com par Lola Marc - Webmestre

Jobtech, le site d’emploi des ingénieurs et des techniciens organise une quinzaine emploi spéciale du 19 septembre au 2 octobre. De nombreux groupes ont publié leurs offres d’emploi sur Jobtech à cette occasion, mais aussi sur Jobingenieur.com, Technicien.com et StepStone.

Découvrez les postes à pourvoir, les opérations de recrutement,  le chat emploi Ingénieurs et Technicien, l’actualité de l’emploi des ingénieurs et des techniciens sur http://www.jobtech.fr/ingenieurs

Chat Ingénieurs ce soir à 18h

mai 24th, 2011 dans Agenda, Emploi, Formation, Innovation par Lola Marc - Webmestre

Les recruteurs de Dekra Industrial et Thales participent à un chat spécial ingénieurs ce soir à 18h. Ils présenteront les offres à pourvoir et les perspectives de carrière de leur entreprise.

Pour participer au chat : http://qc-fr.stepstone.com/www/xengine/work.php?bannerid=1699

Ingénieurs & Techniciens : un secteur qui confirme la tendance qu’il n’y a pas eu d’arrêt brutal des recrutements en 2009

mars 2nd, 2010 dans Emploi par Lola Marc - Webmestre

 » Les 25 consultants spécialisés de Page Personnel Ingénieurs & Techniciens qui ont réalisé 3200 missions de recrutement pour leurs clients depuis début 2008 confirment la tendance qu’il  n’y a pas eu d’arrêt brutal des recrutements en 2009. Les entreprises restent persuadées que la sortie de crise passe par l’innovation et la recherche. Dans des secteurs porteurs comme l’énergie et l’environnement, on constate effectivement que l’ingénierie résiste mieux que d’autres spécialités. Les profils assumant des fonctions proches des clients (chargés d’affaires, SAV par exemple) restent également très recherchés en raison de l’impact rapide qu’ils peuvent avoir sur l’activité de la société « , précise Sébastien Hampartzoumian.

Source : Page Personnel
 
Lire l’étude de fonctions de Page Personnel

 

 

 

 

Le recrutement des cadres et des ingénieurs fortement impacté par la crise

août 20th, 2009 dans Emploi, Le Mag de Jobingénieur par Lola Marc - Webmestre

Les indicateurs mensuels de l’APEC (Association Pour l’Emploi des Cadres) relatifs à la diffusion des offres d’emplois cadres sur Internet prouvent une fois encore la réalité de la crise.
En juillet dernier, c’est une baisse de plus de 30% de ces offres d’emplois qui a été relevée par rapport à juillet 2008, et de près de 50% dans les fonctions techniques.

APEC

APEC

Plus inquiétant encore, les secteurs d’activité jusqu’alors relativement épargnés, tels que l’informatique et la recherche et développement (R&D), sont désormais affectés ; notamment à cause du recul des investissements privés qui freine l’embauche. « La baisse est généralisée et affecte toutes les fonctions (techniques, commerciales, juridiques, etc…) », regrette Jacky Chatelain, directeur général de l’APEC, dans le Parisien.

C’est donc le 7ème mois consécutif de baisse. Et une seule entreprise sur trois envisage de recruter un ou plusieurs cadres / ingénieurs dans les prochains mois. Cette conjoncture ferait rétrocéder le niveau d’embauches à 2005.
Ainsi d’ici fin 2009, les prévisions ne tablent que sur 200.000 offres cette année au lieu de 300.000 en 2008 : soit un tiers de moins !

L’informatique enregistre un net repli (- 42 %), que cela concerne l’informatique industrielle (- 34 %)  ou l’informatique de gestion (- 44 %).

La forte régression depuis le début de 2009 des services techniques (- 40%)  se confirme elle aussi, notamment dans les fonctions de méthodes, contrôle, qualité (- 53 %) et la recherche et développement (- 31%).

C’est donc l’ensemble des activités et des fonctions traditionnellement destinés aux ingénieurs qui semble aujourd’hui le plus éprouvé. Seuls les postes de direction générale, la santé, le social et la culture hissent la tête hors de l’eau, grâce aux investissements publics consolidés dans ces secteurs.

Ainsi Jacky Chatelain prône quelques recommandations : « Ne pas réfléchir en termes de secteurs mais plutôt identifier les entreprises qui recrutent. De grands groupes comme Total et ses concurrents investissent actuellement dans les énergies renouvelables. Du fait de leur pyramide des âges, la banque et l’assurance embauchent, ainsi que la grande distribution ».

Rentrée laborieuse pour les jeunes diplômés

août 17th, 2009 dans Emploi, Le Mag de Jobingénieur par Lola Marc - Webmestre

Photo : Ajtme

Photo : Ajtme

C’est malheureusement un constat récurant : dès que la conjoncture est difficile, les jeunes diplômés sont les premiers à en payer le prix ! Et la rentrée 2009 ne fera pas exception à en croire l’APEC (Association pour l’Emploi des Cadres) qui constate déjà sur le 1er semestre 2009 une baisse de 52 % sur l’embauche des jeunes cadres informaticiens, flexion qui devrait se confirmer les 2 derniers trimestres de l’année selon ses prévisions.

Avec des offres en constante diminution, Pierre Lamblin, directeur des études de l’APEC, craint que le phénomène s’amplifie : « La crise a pris au dépourvu les diplômés de 2008 qui avaient repoussé leur recherche d’emploi à octobre-novembre. Et comme la promotion 2009 a, de son côté, anticipé la sienne en mars-avril, ils devraient se retrouver en concurrence en septembre. »
Inquiétude confirmée par Damien Leblond, directeur associé du Cabinet Selescope : « Nos clients freinent le recrutement de jeunes diplômés, dont la montée en puissance prend du temps, au profit de profils expérimentés voire très seniors. Des managers, des directeurs de projet ayant quinze ou vingt ans d’expérience, des valeurs sûres au ROI rapide. »

Bien que les chiffres et les commentaires soient souvent alarmistes ; sur le terrain la situation des jeunes diplômés est en fait moins désespérée, et les SSII gardent de bonnes relations avec les grandes écoles.
Ainsi Jean-Marie Simon, DRH d’Atos Origin, affirme qu’une « SSII ne peut se couper de jeunes talents surtout dans la période de rupture technologique actuelle. Car il faut d’ores et déjà préparer la sortie de crise. »
Atos Origin recrutera donc cette année 700 collaborateurs – contre 2.000 il est vrai les années précédentes – et un tiers de ces recrutements concernera de jeunes diplômés. L’entreprise offrira également 200 postes en apprentissage ou en contrat d’alternance et 500 stages sur la France.

Il en va de même dans la plupart des grandes SSII françaises dont l’activité porte principalement sur des services engendrant le placement de jeunes diplômés chez leurs clients, et non uniquement sur l’assistante technique comme pour les petites SSII.
Ces nouveaux recrutés devront cependant se montrer modestes et rester vigilants… Une baisse du salaires à l’embauche de 5 à 10 % est à prévoir et les ruptures de période d’essai risquent de se multiplier.

L’heure n’est donc pas au découragement total, comme le confirme Jean-Marie Simon : « Les diplômés de 2009 devront, c’est vrai, être plus patients que leurs aînés. La période est délicate. La crise va durer quelques mois encore pour une amélioration attendue en 2010. A moyen terme, la rupture technologique actuelle leur offrira un futur encore plus ouvert. »

  • Pour plus d’informations, retrouvez l’enquête complète sur la « Rentrée 2009 » menée par 01Net Pro.

Plan d’urgence du Pôle Emploi : 320 000 chômeurs confiés au secteur privé

juillet 22nd, 2009 dans Emploi, Le Mag de Jobingénieur par Lola Marc - Webmestre

Le Pôle Emploi ne parvient pas à faire face à l’afflux des chômeurs qui ne cesse d’augmenter avec la crise. Dès la rentrée, l’accompagnement de 320.000 chômeurs sera confié à des opérateurs privés.

Pôle EmploiLa vague de licenciements économiques qui frappe la France depuis le début de la crise a submergé le Pôle Emploi.

L’organisme déjà affaibli par la fusion de l’ANPE et de l’UNEDIC ne parvient plus à faire face à l’afflux de chômeurs qui ne cesse d’augmenter avec la crise. Le Pôle Emploi est débordé. Manque d’effectifs, manque de formation des personnels, les fruits de la réforme sont loin de faire l’unanimité.

Laurent Wauquiez, le Secrétaire d’Etat à l’emploi, doit faire le point aujourd’hui sur cette réforme et les mesures à prendre d’urgence pour la rentrée. Tous les professionnels s’accordent à dire qu’une seconde vague de demandeurs d’emploi est à prévoir, accrue par de nouveaux licenciements et l’arrivée sur le marché de l’emploi de jeunes diplômés aussi en difficulté. Selon Wikipedia, suite à la crise financière de 2008, l’Europe comptera 26,5 millions de personnes privées d’emploi en 2010, soit 11,5 % de la population active, contre environ 10 % aux Etats-Unis.

Ce matin mardi 21 juillet 2009, Le Figaro, Le Nouvel Obs, France Info ou encore les Echos relatent le « plan d’urgence » annoncé par Laurent Wauquiez. Un seul chiffre semble confirmé : dès la rentrée, l’accompagnement de 320.000 chômeurs sera confié à des opérateurs privés. L’appel d’offres a été lancé fin mars. Le Pôle Emploi et les partenaires sociaux devraient déterminer aujourd’hui les opérateurs retenus parmi la quinzaine de candidats (BPI, Altédia, Ingeus, Adecco, etc…). Ce plan d’urgence devrait courir jusqu’en 2011 au moins. Pour les opérateurs retenus, c’est un marché de plusieurs centaines de millions d’euros.

LesEchos.Fr : «Les opérateurs privés se verront confier au fil de l’eau, d’ici à fin 2011, voire 2012 si nécessaire, le suivi de 320.000 demandeurs d’emploi, répartis en deux lots principaux, déclinés ensuite par bassin d’emploi. Le premier lot concernera 150.000 licenciés économiques, dont l’ensemble des bénéficiaires de la convention de reclassement personnalisé (66.900 fin mai) [].»

Parallèlement le Pôle Emploi devra recruter pour parvenir à remplir sa mission d’accompagnement. France Info annonce la création de 1.840 postes de conseillers Pôle Emploi chargés de recevoir les demandeurs d’emplois et de 500 personnes pour de nouvelles plateformes téléphoniques.

Jobingénieur – 21/07/09

Ingénieur vert : un métier d’avenir

juin 17th, 2009 dans Emploi, Le Mag de Jobingénieur par Lola Marc - Webmestre

Les bons résultats des listes écologistes le 07 juin dernier prouvent l’intérêt grandissant des euro-citoyens pour les problématiques liées au développement durable. Ainsi l’ingénieur vert, longtemps considéré comme la bête noire de l’entreprise, trouverait enfin sa juste place dans nos sociétés.
Photo : Vincent Montibus

Jusque dans les années 80, l’ingénieur environnement était le plus souvent jugé comme un militant farfelu qui, en parlant de pollution, freinait la production de l’entreprise.
Dans les années 90, avec les conférences de Stockholm, puis de Rio, apparaît le concept de développement durable ; il devient alors un alibi pour la bonne image de l’entreprise.
Depuis la dernière décennie, l’ingénieur environnement est devenu un métier à part entière, même si sa marge de manœuvre varie selon la taille de l’entreprise et le secteur d’activité.

Sur Actu-Environnement, Sébastien DESILLONS, chef du service régional de l’environnement industriel de la DRIRE Ile-de-France, déclarait récemment : « L’environnement est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise. Cependant, la position de l’ingénieur environnement dans l’organigramme est liée à la personnalité du dirigeant, à sa sensibilité. Mais malgré le contexte économique actuel, la tendance de fond est là. Sur le long terme, cette fonction s’imposera. L’augmentation de la réglementation, les attentes sociétales y seront pour beaucoup. Aujourd’hui, on ne peut pas faire d’économies sur cette fonction, il y a des lois, des tribunaux. Le procès de l’Erika et la responsabilité de Total sont la preuve de cette évolution sociétale. »

Pour autant, le rôle de l’ingénieur environnement mène encore souvent à la schizophrénie. Pris entre plusieurs feux, ceux de l’entreprise mais aussi ceux de l’environnement, l’ingénieur vert doit faire preuve d’un grand sens du compromis. Ses choix sont à la fois dictés par des enjeux économiques, environnementaux et sociaux, car tout projet industriel ou ouvrage d’ingénierie ont des répercussions sur la population, les écosystèmes et les générations futures.
De l’aéronautique à l’informatique, de l’électroménager à l’industrie pharmaceutique, l’ingénieur d’aujourd’hui doit restreindre les effets des produits qu’il conçoit sur l’environnement, et ce durant toute leur durée de vie : depuis l’extraction de la matière première jusqu’à leur recyclage.

De nombreux experts et économistes s’accordent à dire que l’extension des énergies renouvelables et les concepts de développement durable seront les nouveaux moteurs de la relance économique ; et les élèves-ingénieurs qui sont en capacité d’intégrer ces concepts partent en tête sur le marché de l’emploi de demain.

Cette alternative se confirme avec la Commission Européenne qui s’est fixée un objectif de 20% d’énergies renouvelables d’ici 2020, ce qui devrait favoriser, selon une étude récente, la création de 410 000 postes supplémentaires dans la filière. Le secteur des énergies renouvelables atteindrait alors les 2,8 millions d’emplois, pour une valeur ajoutée égale à 1,1 % du PIB de l’Union Européenne.

Et Andris PIEBALGS, Commissaire européen en charge de l’énergie, de préciser sur le site du Journal du Développement Durable : cette étude est « la preuve que les bénéfices des énergies renouvelables au niveau de la sécurité des approvisionnements et de la lutte contre le changement climatique peuvent aller de pair avec les avantages économiques. »

Pour compléter cette information, rendez-vous sur le site de l’AFITE – Association Française des Ingénieurs et Techniciens de l’Environnement.

Et retrouvez toutes les offres d’emploi liées à l’environnement sur Jobingénieur.

La revue de presse des ingénieurs

avril 15th, 2009 dans Emploi, Opinion par Lola Marc - Webmestre

En mars, la Tribune révèle ce que les ingénieurs constatent depuis déjà quelques mois, l’emploi des cadres s’est effondré en France. A titre de baromètre, le volume des offres d’emploi publiées par l’Apec (association pour l’emploi des cadres) aurait chuté de 33% en février par rapport à février 2008. Tous les secteurs seraient touchés, avec une baisse encore plus importante pour le moteur de l’économie durant ces dernières années, l’informatique, avec 40% d’offres en moins sur le site emploi sus-mentionné.

Les analyses et les chiffres varient. Métro semble plus rassurant. Le 30 mars dernier, le gratuit titrait « Informatique : le secteur ne cède pas à la panique ». Malgré la crise, la filière « maintient son taux de chômage en dessous des 5%… »

Mais alors qui recrute encore des informaticiens ? Toujours selon Métro ce serait les petites entreprises : « Les SSII, et notamment les plus petites d’entre elles (moins de 250 salariés) qui, en volume, représentent plus 80% du secteur. Par exemple, d’ici à la fin de l’année, Venedim, SSII spécialisée dans le stockage et la virtualisation des données, recrutera 50 consultants spécialisés en informatique, de bac + 2 à bac + 5. Les salaires d’embauche oscillent entre 35 000 et 80 000 euros brut par an, en fonction de l’expérience du candidat. […] »

Toutes les régions ne sont pas touchées équitablement. La région PACA par exemple, fortement industrialisée avec le bassin de Fos-sur-mer et le Port Autonome de Marseille, multiplie les annonces de chômage partiel et d’usines en baisse de production ou temporairement stoppées. Les ingénieurs, souvent aux commandes des chaines de production, sont eux-aussi concernés.

Selon Ouest France, certaines régions comme la Normandie, prévoit une chute des embauches de cadres de l’ordre de 31% en 2009.

Jobingénieur – n’étant pas encore présent début 2008 – n’est donc pas en mesure de publier un comparatif sur les tendances du marché de l’emploi des ingénieurs. Cependant les résultats de notre sondage en ligne sont aussi plutôt alarmistes sur la crise et la situation professionnelle des ingénieurs.

Sur 112 votants, 70% des ingénieurs annoncent déjà en subir les conséquences. Seuls 12% ne seraient pas concernés.

En matière de secteurs, même disparités, les marchés innovants se portent bien et continuent d’embaucher. Comme expliqué dans cet article du Figaro sur les nouveaux emplois de l’agriculture verte :

« Étienne Vitret en est l’illustration vivante. Son diplôme d’ingénieur agronome de l’ESA en poche (École supérieure agricole d’Angers), ce fils d’agriculteurs de l’Indre, décroche son premier job en 1998 dans un bureau d’études à Caen spécialisé dans les énergies biomasses, comme le chauffage au bois.[…] En 2005, […] il devient directeur du syndicat Smictom Vals Aunis qui emploie une centaine de personnes. Il garde son salaire de la région parisienne, 3 400 euros net, mais bénéficie d’une meilleure qualité de vie. »

Enfin, de nombreuses entreprises continuent d’annoncer des recrutements cadres importants. L’Usine Nouvelle fait le point dans un article intitulé « Les entreprises qui recrutent en 2009 » publié en date du 12 février : « Malgré un contexte économique peu favorable, les groupes industriels et de services aux entreprises de plus de 2000 salariés recrutent : près de 110000 CDI prévus en France pour 2009. On les trouve surtout dans l’environnement, les transports et l’énergie.[…]« 

- La Tribune – 18/03/2009
En février, l’emploi des cadres s’est effondré en France

- Métro – 30/03/2009
Informatique : le secteur ne cède pas à la panique

- Ouest France
Normandie : coup de frein sur l’emploi des cadres

- L’Usine Nouvelle – 12/02/2009
Les entreprises qui recrutent en 2009

La revue de presse des ingénieurs Jobingénieur – Edineos SAS

Archives :
- La revue de presse de février 2009